Figure emblématique de la culture burundaise à travers le tambour burundais, Antime Baransakaje a été emporté par une maladie en date du 9 avril 2017. Voici un message de condoléance de l’ambassade de France au Burundi. L’homme qui a consacré plus d’un demi-siècle de sa vie à la culture burundaise n’est plus mais son héritage restera à jamais

La France a appris avec tristesse le décès, le 9 avril, du grand artiste burundais Anthime Baransakaje. Elle présente ses condoléances à sa famille, à sa troupe et à l’ensemble du peuple burundais. Bien que très âgé, il se produisait encore récemment à la tête de la troupe des tambourinaires royaux de Gishora, qui a popularisé au Burundi et dans le monde les performances sonores et gestuelles liées à cette tradition. La France a soutenu, en 2014, l’inscription au patrimoine immatériel de l’humanité de « la danse rituelle au tambour royal », que toute la population du Burundi reconnaît comme un élément fondamental de son patrimoine et de son identité.

Quelques tweets sur la mort d’Antime

Written by HotVoz

HotVoz est votre pour mener des discussions bouillantes autour de l'actualité. Suivez nous sur Twitter @Hotvoz

View all author posts →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *