En france, après François Hollande, qui sera le huitième président de la Ve République ? Voici la question qu’on se pose si on suit actuellement l’élection présidentielle française. Après des mois d’une campagne présidentielle hors norme, Ce sont près de 47 millions d’électeurs qui était  aux urnes, tandis que plusieurs centaines de milliers de personnes résidant en outre-mer ou à l’étranger ont commencé à voter dès samedi.

Photo credit REUTERS

Les derniers bureaux de vote fermeront le dimanche à 20 heures. Répartis sur tout le territoire, les quelque 66 500 bureaux étaient ouverts de 8 heures à 19 heures dans la plupart des communes, contre 18 heures lors des précédentes élections présidentielles, comme le souligne le journal Français le point, voici donc 5 faits à retenir :

  1. Les gagnants

Les Français en ont assez. Assez des vieux discours, des vieux politiciens, des vieilles promesses… Ils avaient trois moyens de renverser la table lors de ce premier tour : la manière forte avec Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon et la manière douce avec Emmanuel Macron. C’est cette dernière qu’ils ont choisie en portant en tête du premier tour ce jeune homme de 39 ans avec 23,7 %, selon les premières estimations d’Ipsos devant Marine Le Pen, qualifiée au second tour avec 21,7 %. Encore inconnu il y a deux ans et demi, le jeune candidat d’En marche ! a renversé la donne politique. Une révolution par les urnes, note le journaliste français Emmanuel Berretta.

2.Les perdants

Au terme d’un match à quatre serré, le candidat des Républicains François Fillon (19-20,3 %) et le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon (19,5-20 %) sont éliminés, au coude-à-coude pour la troisième place. Très loin derrière vient le candidat socialiste Benoît Hamon, entre 6,1 % et 7 %.

3.Des incidents ont éclaté dans plusieurs villes à la suite de la publication des résultats.

es affrontements ont eu lieu dans plusieurs villes entre des manifestants antifascistes et la police après l’annonce de la qualification d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. Des centaines de militants antifascistes ont commencé à se rassembler fin d’après-midi autour de la Bastille à Paris. «  Certains militants ont tenté d’arracher les palissades autour de la statue du génie puis ont lancé sur les CRS des bouteilles et des pétards. Les forces de l’ordre ont répliqué en chargeant les manifestants et tentent de les contenir autour de l’opéra  », indique Le Parisien. A Rennes, une centaine de manifestants pour la plupart se revendiquant antifasciste ont défilé dans le centre ville malgré un arrêt préfectoral interdisant toute manifestation a constaté une journaliste de l’AFP. Tandisque à Nantes, plusieurs centaines de personnes ont également manifesté derrière une banderole de tête proclamant «  ni banquier, ni raciste  » et aux cris de «  Nantes debout soulève toi, ni Le Pen, ni Macron  »

4.Les sondages pour le second tour

Dès 20h de ce dimanche et sitôt les résultats du premier tour, les instituts Ipsos pour France Télévisions et Harris Interactive pour M6 lançaient deux terrains. Le premier sur un échantillon de 2024 personnes inscrites sur les listes électorales, le second sur un échantillon de 2684.Et les résultats, même avec une marge d’erreur d’environ deux points, sont sans appel. Dans les deux enquêtes, Emmanuel Macron l’emporterait très largement sur Marine Le Pen avec 62% des voix contre 38 chez Ipsos, et 64% des suffrages contre 36% chez Harris Interactive. A noter que ces scores sont très éloignés du raz-de-marée en faveur de Jacques Chirac face à Jean-Marie Le Pen en 2002.

5. Réactions des gagnants du premier tour

 

Marine Le Pen a appelé dans un discours dimanche soir à “la grande alternance” lors du second tour de l’élection présidentielle, demandant à tous les électeurs, “quel que soit leur vote”, à la rejoindre pour créer “une unité nationale”. “Ce résultat est historique, la première étape est franchie”, s’est elle vantée. Emmanuel Macron a quant a lui déclaré vouloir “être le président des patriotes face à la menace des nationalistes”. “Il n’y a pas plusieurs France, il n’y en a qu’une. Le combat pour être digne de conduire la France commence ce soir et nous le gagnerons”, a-t-il ajouté.

 

 

 

Written by HotVoz

HotVoz est votre pour mener des discussions bouillantes autour de l'actualité. Suivez nous sur Twitter @Hotvoz

View all author posts →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *